Femmes zapatistes : enseignements d’une lutte de femmes indigènes

Texte et photo: Ophélie Parent

Article paru dans la revue FAL Magazine n°137, juin 2019.

FAL Mag Juin 2018 couverture

A l’aube du soulèvement armé de 1994, les femmes zapatistes font publier la Loi Révolutionnaire des Femmes, affirmant ainsi leur détermination à défendre, coûte que coûte, à la fois leur identité indigène mais aussi, leurs droits en tant que femmes. Aujourd’hui, en organisant du 8 au 11 mars dernier, la Première Rencontre Internationale, politique, artistique, sportive et culturelle des Femmes qui luttent, les femmes zapatistes se placent au cœur des luttes féministes les plus significatives au niveau global.

La Loi Révolutionnaire des Femmes Zapatistes

Le 1er janvier 1994, le jour de la mise en vigueur de l’ALENA1, l’Armée Zapatiste de Libération Nationale (EZLN) se soulevait en armes dans l’état du Chiapas, dans le Sud-Est du Mexique, sous le cri de « Ya basta ! ». Sous leur passe-montagne, les peuples indigènes mayas de l’Etat du Chiapas, dénonçaient les politiques d’extermination exercées envers les populations autochtones et montraient leur détermination à faire tomber le système capitaliste.

Dès le soulèvement, était mis au grand jour un élément essentiel : l’EZLN était composé d’hommes et de femmes. Durant les dix années précédant le soulèvement, entre femmes catholiques défendant la théologie de la libération, femmes œuvrant dans le cadre d’ONG, ou femmes militantes du Chiapas, s’était également élaboré un réseau de femmes indigènes rebelles au sein de l’organisation clandestine zapatiste, donnant lieu à la création de la Loi Révolutionnaire des Femmes.

Avançant des revendications en termes d’égalité de salaires, d’éducation, de santé, contre les violences domestiques, contre le mariage forcé, défendant le droit des femmes à l’accès aux grades militaires et à participer aux affaires politiques de la communauté – est (et fut) d’une importance considérable dans la construction d’une société zapatiste plus égalitaire mais également dans l’élaboration, la consolidation et l’amplification des mouvements féministes indigènes latinoaméricains.

Au Mexique, le soulèvement armé et la loi révolutionnaire des femmes zapatistes inspirèrent de nombreuses femmes à revendiquer leur identité indigène. Ces femmes, nous les retrouvons aujourd’hui, vingt-quatre ans plus tard, dans les réseaux des femmes composant le Conseil Indigène de Gouvernement (CIG), dont la porte-parole n’est autre que l’ex-aspirante à la campagne électorale présidentielle de 2018 : Maria de Jesus Patricio Martinez.

Femmes zapatistes, métisses et étrangères : entre inclusion et exclusion

La majorité de la population mexicaine métisse considérant, à tord, les peuples autochtones plus machistes que les autres, fut ébahie par la présence de femmes au sein de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale.

Si bon nombres d’hommes et de femmes se rendirent au Chiapas dans l’espoir d’y trouver un monde meilleur, de nombreuses femmes n’échappèrent pas à l’idéal d’y trouver une société libre de machisme. Face au constat opposé, beaucoup d’entre elles tentèrent d’éduquer et de convertir les femmes indigènes au féminisme occidental.

« Parce que ce ne sont pas que les hommes, il y a aussi des femmes des villes qui nous méprisent parce que nous ne savons pas de la lutte des femmes, parce que nous n’avons pas lu les livres dans lesquels les féministes expliquent comment doivent être les choses et toutes ces choses qu’elles disent et critiquent sans savoir comment est notre lutte. »2

Ces rencontres de femmes au sein de la lutte indigène ont provoqué tensions et ruptures dans les années qui suivirent le soulèvement. Un exemple significatif du motif de ces tensions fut le cas du contrôle des naissances par le biais de l’avortement qui, bien qu’il soit d’une importance considérable en termes d’avancée sociale pour la libération des femmes dans les sociétés occidentales, ne l’était pas pour les femmes zapatistes.

Confrontées aux politiques de stérilisation forcées provoquant de véritables génocides de populations autochtones, les femmes zapatistes considéraient l’enfantement comme une forme de résistance. Si la reproduction de la vie représentait aussi la reproduction de la lutte, la pratique de l’avortement devenait un frein au projet politique zapatiste.

De manière générale, ces tensions ont révélé une confrontation entre différentes façon de se représenter la libération des femmes, d’un côté, un féminisme libéral la pensant à partir de l’autonomie individuelle, de l’autre, un féminisme communautaire indigène, inquiet de la reproduction de la communauté. Ce sentiment d’être dénigrées a amené les femmes zapatistes, pourtant engagées dans la lutte des femmes, à se définir comme des “femmes qui luttent” et non comme des “féministes” – terme devenu synonyme d’imposition néocoloniale – et insistent sur le fait qu’il n’existe pas un seul mais des féminismes.

La Première Rencontre Internationale Politique, Artistique, Sportive, Culturelle des Femmes qui Luttent

Du 8 au 11 mars dernier, les femmes zapatistes ont reçue au Chiapas, plus de sept milles femmes du Mexique et du monde, indigènes et non indigènes. L’entrée était interdite aux hommes mais ouverte à tous types de femmes, qu’elles se reconnaissent ou non sous le drapeau du féminisme :

« Ici, peu importe l’âge, si vous êtes mariées, célibataires, veuves, divorcées, si vous êtes de la ville ou de la campagne, si vous êtes d’un parti politique, si vous êtes lesbiennes, ou asexuelles, ou transgenres, peu importe la façon dont vous vous nommez, si vous avez étudié ou pas, si vous êtes féministe ou pas.

Vous êtes toutes les bienvenues et, en tant que femmes zapatistes, nous allons vous écouter, nous allons vous regarder, et nous allons vous parler avec respect. »

Quand bien même les femmes zapatistes ont rejeté le féminisme occidental, elle n’en sont pas moins ouvertes à respecter les nécessités des femmes dans leur propre contexte de vie, voire même à s’en inspirer sur les aspects qui leur conviennent:

« De ce que nous allons regarder et écouter, nous saurons prendre ce qui nous aide pour notre lutte en tant que femmes zapatistes que nous sommes, et le reste, nous ne le prendrons pas »

Créer sa propre façon de penser la libération des femmes, en fonction de ses coutumes, de ses croyances, de son contexte politique et social, n’implique pas un rejet ni complètement radical, ni permanent. Avec cette rencontre de femmes, les femmes zapatistes nous ont donné une réelle leçon d’unité, de respect, et de sororité. Elles ont construit leur propre vision de la lutte des femmes au niveau global. Une lutte fidèle à leurs propres principes : à la fois universaliste et basée le respect des différences. Une lutte dans laquelle toutes les femmes, quelques soient leurs origines ou leur classe sociale, peuvent se reconnaître. Une lutte de femmes exempte de jugements de valeur où la bienveillance fait loi, comme ce fut le cas lors de ces trois jours dans le caracol3 de Morelia, où nous nous sommes senties grâce aux femmes zapatistes femmes et fières de l’être, à la fois profondément différentes mais profondément égales.

Ophélie PARENT

Doctorante à l’EHESS-Paris, spécialisée en Anthropologie Sociale et Culturelle

FEMMES EN TERRES INDIENNES

Pour découvrir des reportages sur les luttes des femmes indigènes au Mexique, en savoir plus sur la candidature de Maria de Jesus Patricio Martinez, lire la Loi Révolutionnaire des Femmes dans son intégralité, le comité de rédaction de FAL Mag vous conseille de consulter le blog d’Ophélie Parent, basé sur ses recherches universitaires et ses rencontres sur le terrain.

FALMag photo article

1L’Accord de libre-échange nord-américain, (ALENA, en anglais, North American Free Trade Agreement, NAFTA, en espagnol, Tratado de Libre Comercio de America del Norte, TLCAN), est un traité, entré en vigueur le 1er janvier 1994, qui institue une zone de libre-échange entre les Etats-Unis, le Canada et le Mexique.

 

2 Toutes les citations sont traduites du discours de l’insurgée Erika lors de la cérémonie d’ouverture de La Première Rencontre Internationale Politique, Artistique, Sportive, Culturelle des Femmes qui Luttent.

 

3Les caracoles sont les chefs-lieux où se trouvent les gouvernements autonomes zapatistes. Ils sont au nombre de cinq répartis sur le Chiapas.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search